19/04/2013 –?– Jour 54

Après une nuit mouvementée et un bol de nouille instantanée servi par la famille chez qui nous avons campé, nous sommes partis. Tout est blanc. Le ciel fut maussade et nous sommes en pente ascendante pour toute la journée. En fin de journée, nous sommes à 4550m d’altitude. Le mal des montagnes se fait un peu sentir. Je suis fatigué (la nuit dernière ne fut pas très bonne avec le vent et la neige). Je crois que ça joue aussi sur mon tempérament. Je me fâche facilement. Yang ne m’attend qu’à de très longs intervalles et ça me frustre car c’est maintenant que nous devons veiller l’un sur l’autre e détecter les problèmes liés à l’altitude.

De plus, il y a beaucoup de gros chiens non attachés qui pourchassent les vélos. Il y en a eu 7 pour moi aujourd’hui et 3 pour Yang. Ils ont une préférence pour moi. De loin, il est difficile de voir s’il s’agit de yaks ou de chiens. Ils sont massifs (près de 60kg) et je les crains. J’ai toujours des roches à porter de main. Lorsqu’ils nous courent après, il vaut mieux s’arrêter et leur faire face. Normalement, ils s’arrêtent net et nous fixent et jappent. Il est parfois difficile de repartir car ils se remettent à courir après nous. Définitivement la pire journée pour les chiens. Plusieurs infusions d’adrénaline.

On demande à une famille de planter nos tentes. Il y a une vielle grange abandonnée où nous sommes à l’abri du vent et de la neige. D’ailleurs, il n’a pas fait chaud aujourd’hui. Yang es comme un laowai en son pays : les gens le fixent et il ne peut communiquer.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s